Se libérer de la peur du manque c’est se créer un ancrage solide

Ha ha ha, il est marrant cet Univers, en peu de temps j’ai reçu le témoignage de 3 personnes au sujet du manque. Et pourquoi ? Pour partager ce que j’ai expérimenté et intégré. J’écris cet article car la plupart de mes décisions et actions ont quasiment toujours été régies par le manque (et avec la peur de manquer à nouveau). Cela semble alambiqué et pourtant c’était ma Réalité ! Aujourd’hui ma vie est en train de changer, de s’aligner avec mon idéal de façon significative. Je vous livre avec beaucoup d’amour et de tendresse, l’enseignement  que mon compagnon de route le Manque m’a transmis sur mon parcours semé d’embûches !

L’atterrissage – la Terre est sage

Je suis arrivée sur Terre et ai vécu l’insécurité émotionnelle, physique et psychologique. Réalité ou perception sensorielle cela n’a pas d’importance et je le remarque de plus en plus dans les séances avec les personnes que j’accompagne.Peu importe si ça a vraiment existé ou non ! Le principal est qu’à partir d’une situation, un ressenti a été enregistré par la psyché, les émotions et le corps comme étant une réalité. Dans mon cas, il s’agissait d’une croyance de survie, d’insécurité qui rendait mon territoire instable, insécure voire dangereux pour moi.  J’ai été fidèle à cette croyance au point de générer et attirer toutes les situations qu’il fallait pour  récolter une vie qui soit le reflet du Manque et de l’insécurité qui en découle. Plusieurs relations (amoureuses et amicales) sans pour autant établir un lien réel, durable et profond. Différentes activités sportives, culturelles ou professionnelles sans pour autant les pérenniser. Une quête insatiable de multiplicité d’expérience à travers lesquelles j’ai cherché en vain à créer une stabilité. J’étais avide (à vide).   J’ai exploré mes limites sans le savoir. Où étaient-elles ? Jusqu’où pouvais-je aller ? Et combien de temps allais-je tenir encore comme ça?

La leçon dé-voilée

C’est là qu’est né un besoin profond de me poser pour réaliser un bilan de vie dans tous les domaines: qu’ai-je fait ? Comment ? Pourquoi ? Quelles étaient mes réelles motivations ? La vie que je mène est-elle en adéquation avec mes élans profonds ? Pourquoi ma vie ne ressemble pas à mon idéal ?

Pourquoi je n’y arrive pas malgré toute cette énergie investie! Après quoi je cours sans cesse, qu’est ce que je fuis ?

Invite à prendre de la hauteur

J’ai listé les faits avec les dates, comme une journaliste qui enquête pour rédiger un Curriculum Vitae de cette vie déjà écoulée. En mettant tout à plat j’ai pu prendre du recul. Accepter ce qui était et surtout les émotions liées aux expériences que j’avais refoulé.

J’ai réalisé que tout était construit sur une forme de « qui vive », je vivais « à l’affût », toujours prête à prendre mon sac et aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte . Je me suis construite sur cette tension permanente, sur cette peur d’être prise au dépourvu. Ma fondation était une terre crevassée par de grandes failles. Rien ne s’inscrivait dans le Temps. Une course contre le temps, une course contre ma propre Vie.

J’écris à au passé, tout en vous avouant que je prends conscience que ça a été un mode de vie et que mon job aujourd’hui consiste à débusquer les endroits où cette peur du manque est toujours présente. Je la vois dans mes pensées, mes actes et surtout dans mon corps à travers les tensions et raideurs qu’il manifeste. Objectif : fluidité et souplesse, alors je dénoue, un à un la pelote de laine et les fils entremêlés.

Réajustement

Suite à ce bilan, j’ai écrit ce que je désirais sincèrement ! La loi d’Attraction m’a envoyée les expériences nécessaires pour me tester (et ça ne fait que commencer). Cet Univers bienveillant m’a aussi envoyé des « scénettes » de la Vie pour me montrer ce que je n’arrivais pas à percevoir. Et c’est là que la Magie opère sous le déguisement de la banalité.

Laissez-moi-vous conter une Histoire…

Je remercie ma nièce de 6 ans pour l’apprentissage qu’elle m’a offert. Il était un jour, après 3 tours consécutifs de manège (ce qui était exceptionnel), elle m’a dit ne pas être contente. Elle en voulait plus ! Je lui demande alors de compter sur ses doigts le nombre de tours qu’elle a fait afin qu’elle visualise que 3 c’est plus que 1 (en tout cas au niveau comptable). Elle compte puis me dit «quand même,  j’en voulais plus ». Puis elle pleure ! Je vois, entends et sens la frustration qui découle du « pas assez ». Ma nièce m’a montrée ce que je faisais régulièrement.

Je vois que la course après le « toujours plus » me coupe du présent et de la réjouissance à ce qui est. Puis plus subtilement, je réalise que cela n’est qu’une perception. C’est moi qui choisis de vivre le manque en créant un baromètre d’attentes sur lequel je déplace mon curseur d’insatisfaction.

En regardant le mot « insatisfaction » je lis « ce qui n’est pas fait / pas accompli ». Ces inaccomplis étaient en lien avec ce que j’attendais de l’extérieur. Pour que ma vie ressemble à ce que je souhaite, la seule option viable est de faire bouger ma structure et les croyances qui m’empêchent de concrétiser mon idéal. C’est créer un ancrage stable basé sur mes appuis (jambes).

L’âme agit…

En acceptant d’être responsable de ma Vie, je peux choisir d’accomplir ce qui me tient à cœur plutôt que de créer une liste en « attente » d’accomplissement ! Depuis cette prise de conscience, les choses bougent ! Je suis ancrée, les  pieds sur Terre et je peux créer mon socle, ma sécurité puisqu’elle est à l’intérieur de moi. Dès que j’ai peur, j’accueille cette peur qui est légitime car je suis en train de balayer un fonctionnement que j’utilisais depuis fort fort longtemps. Mon corps à besoin d’intégrer, mes émotions vont se fluidifier, aujourd’hui j’ai confiance. Cette nouvelle énergie vibre, circule et je la sens dans mon bassin jusque dans mes pieds (avant j’étais coupée, je ne sentais rien).

Petit à petit le haut (l’esprit/ciel/masculin) et le bas (la matière/terre/féminin) se rejoignent, s’allient pour ne faire qu’un ! Mes rêves et aspirations prennent forme dans la matière concrètement.

Quand le manque pointe son nez, je regarde ce qui est plein aujourd’hui. Je me contente (et suis contente) de ce que j’ai ici et maintenant. Le verre n’est plus à moitié vide, mais plein, puisque la moitié est juste une mesure. Souvent ce manque est une illusion, une projection d’un scénario catastrophe que j’ai connu et que je crains de devoir revivre (manque d’argent, de reconnaissance, d’intégrité, d’amour, de temps…). Nos pensées générées et émotions ressenties au présent créent notre Réalité future. Donc si je pense et ressens le manque, j’oriente mon énergie vers lui. Mon énergie va attirer les situations qui répondront à cela. Autant orienter mon énergie vers ce que je souhaite voir le jour. Je traque le déni de mon Histoire et là je peux opérer avec l’Univers, ensemble nous allons accueillir puis libérer les charges émotionnelles, les mémoires et croyances. Je vais dans mon corps pour sentir où ça se loge et y mettre de l’air, de l’oxygène. Un nouvel espace se crée plus vaste et là ce qui vibre apparaît.

Mon apprentissage : M’engager par et avec Amour

J’ai choisi de prendre soin de ma Vie et de tout ce qui y vit. J’oriente mon énergie vers la confiance, l’Amour et je créé ma Réalité à partir d’actions impulsées par et ressenties dans mon cœur. Je sème le maximum d’Amour et en récolte déjà dès à présent. Je reçois de plus en plus d’Amour sous toutes ses formes.

Ça me fait du bien car, même si depuis toujours j’ai une conscience subtile du plus vaste et de ses potentiels , je n’expérimentais pas dans la matière. Je restais reliée par la pensée et la vivais à travers mes activités artistiques. Les petits gestes du quotidien manquaient d’incarnation. C’est là qu’est né  mon petit côté scientifique, celui qui  a besoin d’expérimenter pour obtenir  la preuve « physique » que ça marche. L’idée, l’intuition manifestée dans la matière! Si ça marche  1 fois,  2 fois, puis 3,4,5 …. C’est juste magique c’est de la Pure Alchimie. C’est ça être Humaine pour moi! La spiritualité incarnée!

Donc tout est possible…

A toutes celles et tout ceux qui se sont construits une vie où le manque a pris une grande place, sachez que même si cela vous paraît incroyable, vous avez la possibilité de transformer votre quotidien en un espace de plénitude. Le manque est au service de la plénitude, ce sont 2 aspects qui forment l’unité. En visitant votre Histoire, vous pouvez libérer les tensions et blocages qui obstruent le passage de la nouveauté et l’incarnation de votre essence. Sincèrement et du fond du cœur, accrochez vous à vos rêves et utilisez les, faîtes leur prendre forme dans votre Vie.

Avec tout mon AMour

Mélanie 

2 réflexions au sujet de « Se libérer de la peur du manque c’est se créer un ancrage solide »

  1. Merci tu viens de me dénouer un vieux noeud que je n’avais jamais compris

    Répondre

Répondre à Barbara Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.