Flux et reflux : ode à la disponibilité

Le rythme s’est accéléré, nous vivons toujours plus vite, plus fort, plus intense. Sollicitations multiples, il faut en « faire beaucoup » pour se justifier vivant et existant, dans cette « aire » de l’extra-vagance nous finissons par di-vaguer. Quand et comment avons nous perdu contact avec notre boussole intérieure? Cela n’a pas d’importance. Ce qui compte est de renouer avec nos sens bien qu’il ne soit pas toujours aisé de se poser et de se placer à l’écoute de son rythme organique. Cet article comme une invitation à vous donner le droit de lever le pied, à prendre soin de vous. Une invitation à laisser vibrer votre « rythme » pendant cette lecture, à garder ce qui fait sens et à laisser le reste.

Aujourd’hui de bon matin, j’ai eu très envie de marcher, de sentir mon mouvement. C’est donc, tout naturellement que j’ai attrapé avec une joie intense mon sac à dos. Lui c’est mon copain, c’est mon pote de sortie en Nature. Je l’aime car il porte tout ce qui m’est cher en l’instant : un petit carnet de croquis, un crayon, une boisson ( souvent du thé), quelques fruits (secs ou non), mon téléphone (pour les photos) et papiers d’identité. A chaque fois, le cœur en fête, mon copain « sac à dos » (à qui je vais trouver un petit nom) et moi partons à l’aventure ou en goguette selon les envies.

Nous voilà donc ensemble dans les rues, je sens mon corps sortir du sommeil, se redresser, se fortifier. J’aime la force que je sens dans mes jambes, qui part du pied jusque mes cuisses et vice versa. Mes poumons s’emplissent d’air, la fraîcheur m’offre ses caresses. Il y a des moments suspendus dans l’air où je me sens vivante en dehors de toutes conditions. Et là c’est le cas.

Pour finir ma balade, je m’assois sur un rocher au bord de l’océan. C’est mon corps qui m’indique l’endroit où me placer, avec le temps j’entends et apprends à respecter ses appels. Devant l’eau à marée basse, les écouteurs dans mes oreilles, je regarde et me laisse porter. Mon regard se pose sur le flux et le reflux de la marée basse. Je vois cette Mer, pleine et abondante, qui se dépose et se retire inlassablement, fidèle à elle même. Un moment magique car mon cœur s’est synchronisé avec ses mouvements. Dans un seul et même rythme, nos battements se sont unis. Je me suis laissée guider, je vous transmets son message, il nous est adressé à toutes et à tous:

Cher(e) enfant, nous sommes mêmes. Le flux et le reflux existe en Toi, c’est un rythme naturel, sans quoi trop de plein ou trop de vide. L’Harmonie réside dans l’équilibre et dans l’écoute organique de ton rythme. Dans l’air, dans l’eau, dans le feu et dans la terre. Laisse vivre ces 4 éléments en toi, laisse toi impulser. La tendance humaine qui consiste à prendre le contrôle de son rythme est anti naturel. L’écologie est se placer au service de la vie en soi. A chaque fois que tu te retiens de te retirer, tu exacerbes le « plein » et ce jusqu’à saturation. Qui elle même te conduit à lâcher par épuisement. Autorise-toi la disponibilité à toi, autorise-toi à vivre l’instant sans te préoccuper des conséquences, autorise-toi à penser à toi, à te placer au centre de ta vie et surtout au premier plan même si cela te fait culpabiliser. Accueille cette émotion, elle ne t’appartient pas, dépose là et vis en toi. Laisse les 4 éléments revenir au fond de toi et se dé-poser en ton creuset. L’air du mental et des pensées, l’Eau des émotions, le Feu du cœur du  passage à l’action et la Terre de la réalisation. Accueille les avec l’Amour de la Mère qui bénit le retour de ses enfants. Veille sur eux comme un Père protecteur. Laisse tes retours se désagréger, mourir pour naître sous une nouvelle forme. Pour vivre tout cela, ouvre en grand l’espace pour Toi, sereinement et avec Amour car le moment viendra ensuite de retourner vers l’extérieur. Honore, la Vie est une succession d’allers/retours- Message de l’Océan de la Côte d’Amour-

C’est ainsi, qu’ensuite je suis rentrée, me reposer et déposer ce qui était là. J’ai réalisé combien souvent je n’osais pas être à l’écoute de mon rythme pour faire passer l’autre ou mes priorités avant. J’avoue aussi sentir une forme d’inquiétude ( un-quiétude). Être disponible à ce qui vit en moi, je commence à me l’accorder. Même si, j’ai la sensation d’abandonner un peu l’autre dans ces moments là. Avec le temps, j’ai la « certitude » que la disponibilité à soi peut se vivre tout en étant avec les autres. C’est juste une écoute de soi qui se créé, ensuite les allers et retours plus familiers seront moins « étrangers ». Je te souhaite de tout cœur de te placer à l’écoute de ton rythme intérieur. J’ajouterai pour finir une phrase qui m’aide en cas de doute et qui m’a été offerte comme un cadeau : « Lorsque ce n’est pas juste pour toi, ce ne peut être juste pour l’autre ».

Avec tout Mon Amour,

Je te souhaite une belle journée,

Mélanie Morand

-Coach en Harmonisation-

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.